Les subventions des Mairies et de l’État pour les VAE
9 mars 2017
Le Vélo à Assistance Electrique (VAE), le transport d’aujourd’hui et de demain
12 mai 2017

Nos conseils pour choisir son Vélo à Assistance Électrique (VAE)

Comment bien choisir son Vélo à Assistance Electrique ?

Un VAE est, certes, un moyen de transport économique, il n’en reste pas moins un investissement. Il faut donc choisir un VAE adapté à ses besoins et à l’utilisation que l’on va en faire. Plusieurs points sont à prendre en compte pour choisir le vélo le plus adapté. Tout d’abord un VAE reste un vélo, on peut donc se fier aux critères d’un vélo classique pour faire un premier choix comme la forme du cadre (ouvert, mixte ou haut), sa fonctionnalité (vélo de ville, VTC, VTT) et selon votre budget. Mais un VAE possède plusieurs caractéristiques qui le différencient du vélo classique telles que le moteur, la batterie et les capteurs de pédalage. Il faut donc aussi se pencher sur ces particularités. Le but étant de trouver le vélo qui vous correspond le mieux au prix que vous vous êtes fixé.

Nous vous avons concocté un guide pour vous aider dans le choix de votre moteur, votre batterie, les capteurs, la taille des roues et du cadre et la forme du cadre. En bonus, vous trouverez une explication sur la différence entre les vélos à assistance électrique classiques (25 km/h) et rapides (45 km/h) ainsi qu’un guide de choix de vos accessoires. Visitez notre magasin de vélos électriques à Paris pour voir nos modèles disponibles et avoir plus d’informations sur Les Cyclistes Branchés.

Le moteur

Il existe trois emplacements différents pour le moteur des VAE. Chacun a ses atouts et ses défauts, mais surtout, ils ne répondent pas tous au même besoin.

Le moteur à l’avant : Le moteur intégré dans la roue avant permet une traction optimale. Autre avantage, le moteur à l’avant est comptatible avec un moyeu arrière à vitesses intégrées. Son défaut reste peut-être qu’il manque d’adhérence sur terrain instable, de plus sa roue avant est assez lourde et peut déstabiliser l’utilisateur. Il est également le moins coûteux, de ce fait, il est présent sur la plupart des VAE de moins de 2000€.

Le moteur central (au niveau du pédalier) : Il est le plus coûteux pour les fabricants, et, comme le moteur avant, peut être couplé avec un moyeu arrière à vitesses intégrées. Il s’agit du moteur présent sur les vélos moyen/haut de gamme et présente une puissance supérieure au moteur avant.

Le moteur arrière : Le moteur intégré dans la roue arrière vous procure une plus forte sensation de propulsion. Il est plus adapté pour le vélo de randonnées ou de trekking que les trajets en ville. Il est également moins couteux que le moteur central.

La Batterie

La batterie est sans doute le composant ayant le plus évolué ces dernières années. Plusieurs informations sont disponibles sur une batterie ; la tension (V), la capacité (Ah) et l’énergie (Wh) dont elle dispose.

LA TENSION : Elle est liée au voltage du moteur qui varie sur le marché entre 24V et 48V, 36V étant devenu un quasi standard. Un couple moteur/batterie délivrant 24V aura plus de difficultés dans les montées qu’un 36V. Il sera par contre moins onéreux.

LA CAPACITE : L’ampérage de la batterie va entre 7Ah et 18Ah, c’est-à-dire plus du simple au double. Plus l’ampérage est élevé plus l’autonomie de la batterie sera grande mais le poids de celle-ci augmentera aussi. Mais attention, cette règle n’est valable que pour une comparaison avec un système moteur/capteurs équivalent. Ainsi sur un système X une batterie 11 Ah pourra donner une autonomie bien supérieure à une batterie 13Ah sur un système Y. C’est ainsi le cas si vous devez comparez des systèmes motorisations avant et centrale.
C’est aussi le cas si vous devez comparer des marques motoristes entre elles (par ex. Bosch et Shimano qui auront des batteries avec des capacités différentes mais des systèmes moteur/capteur différents). Il faut donc se fier aux données constructeurs qui indiquent généralement les autonomies théoriques réalisées. Ainsi certains fabricants annoncent des autonomies dépassant les 200 kms dans les conditions optimales. Les Cyclistes Branchés vous donneront eux la réalité des choses, en passant de la théorie à la pratique…

L’ENERGIE : Le Wh (Watt par heure) correspond à la quantité d’énergie délivrable par la batterie en une heure. C’est la Puissance (P) = la tension (U)*l’Ampérage (Ah). Les batteries sur le marché, pour du 36V, sont majoritairement proposées entre 300Wh et 500Wh. Plus le Wh sera élevé, plus la batterie sera puissante (à système égal voir l’explication ci-dessus dans le paragraphe « Capacité »), et ce, pendant longtemps. Il faut aussi savoir que, plus la batterie est puissante, plus son coût sera élevé. La conclusion est donc de choisir un vélo disposant d’une batterie qui correspond bien à votre besoin. Il ne faut pas choisir une batterie plus efficace que nécessaire car elle risquerait de d’être plus lourde et plus chère.

Les capteurs

Les capteurs de pédalage font partie intégrante d’un VAE. Ils vont détecter le pédalage et fournir l’assistance selon soit la cadence de pédalage, soit sa vitesse, soit la pression faite sur la pédale soit un mix de tout cela.

Le capteur de rotation : Plus courant sur les VAE entrée/milieu de gamme car moins cher que le capteur de pression, le capteur de rotation va fournir une assistance proportionnelle à la fréquence de pédalage mais ne tient pas compte de la puissance que vous y mettez. Il faut donc que le pédalier passe devant un capteur (dans le meilleur des cas plusieurs capteurs). Le démarrage est vif se rapprochant d’un effet « Mobylette ».
Nous pouvons relever quelques « inconvénients » : en côte le vélo ne va pas forcément démarrer tout de suite obligeant parfois à un tour complet de pédale ; à l’inverse lors d’un demi tour, peut être que l’assistance se déclenchera au moment ou vous vouliez vous arrêter…. Mais rassurez vous une simple pression sur les freins (tous équipés de contacteurs coupe assistance) coupera l’assistance.

Le capteur de pression : Il est considéré comme plus intelligent que le capteur de rotation. Il va fournir une assistance selon la pression exercée sur la pédale. Si vous êtes en difficulté, l’assistance sera plus forte, elle est dite proportionnelle. Ce type de capteur permet une fluidité dans l’assistance et donc de faciliter d’autant plus votre trajet. La sensation de pédalage se rapprochera de celle d’un vélo classique.

Le mix de capteurs : Certains fabricants (Bosch, Shimano, TranzX…) utilisent un mix de technologies (puissance, cadence de pédalage, vitesse) pour permettre d’affiner les mesures et ainsi d’avoir une parfaite coordination du système. Résultat : l’assistance est bien dosée, harmonieuse, silencieuse. Sa coupure (selon la réglementation) est douce. L’autonomie est optimisée.
Le choix du capteur se fait donc majoritairement par votre utilisation, votre ressenti et selon votre budget.

La taille (Roues et cadre)

La taille que vous allez choisir, que ce soit pour les roues ou le cadre, dépend de votre propre taille mais aussi de vos préférences et de ce que vous attendez de votre VAE. La mesure du cadre est exprimée en cms et se mesure du centre de pédalier à l’entrée du tube de selle. Pour un vélo de ville, elle varie entre 40 et 60 cms. La dimension des roues s’expriment en pouces et varient entre 12’’(vélos pliants) et 29’’(pour certains VTT).

Une petite roue permettra une plus grande maniabilité mais une stabilité moins évidente. Elle demandera aussi plus de coup de pédales du à son développement plus court. C’est-à-dire qu’un vélo aux roues plus grandes va parcourir une plus grande distance à chaque tour de roues mais ne pourra pas prendre un virage aussi serré qu’un vélo à petites roues. Tout n’est alors qu’une question de gout !

Un vélo de ville sera couramment équipé de roues de 26’’ ou 28’’. Des personnes de petites tailles pourront s’orienter aussi vers du 24’’. Pour le VTT, les roues vont de 26’’ à 29’’ en passant par le 27.5’’ (le standard du moment).

La forme du cadre

Il existe trois principales formes de cadre sur le marché du vélo. Le cadre Haut ou Homme, le cadre Bas (Col de cygne) et le cadre Mixte. Le cadre haut permet un meilleur aérodynamisme et rigidité et donc au vélo d’être plus sportif. Un cadre bas ou col de cygne sera quant à lui beaucoup plus facile à enjamber, il correspond à des profils moins sportifs. Un cadre mixte peut être un bon entre deux. Encore une fois, l’utilisation et le look seront vos critères de choix !
Bonus : 25km/h ou 45km/h ? Il existe deux types de VAE, les classiques dont l’assistance peut vous emmener jusqu’à 25km/h et les rapides (ou speed bikes) avec une assistance jusqu’à 45km/h. Les règles pour ces deux types de VAE ne sont pas les même, tout d’abord parce que le premier est considéré comme un vélo tandis que le second est régi par la réglementation cyclomoteur, c’est-à-dire la même réglementation que les mobylettes et scooters (49,9cm3).

Quels sont les avantages du vélo rapide et que dit réellement cette réglementation ? Tout d’abord, la vitesse du vélo à assistance électrique rapide impose des mesures de sécurité et des règles à respecter. L’immatriculation du véhicule : Votre boutique « Les Cyclistes Branchés » peut s’en charger pour vous. Carte grise + plaque seront faites dans le cadre d’un forfait. Bien entendu, vous pourrez le faire vous-même (l’immatriculation est gratuite) mais toutes les préfectures ne sont pas encore au point. Attention à la perte de temps ! Dans le cas d’un défaut d’immatriculation, le propriétaire s’expose à une amende de 750€. L’assurance est obligatoire : elle coûte entre 135 € à 230 € par an environ. Toutes les assurances ne connaissent le VAE rapides et pratiquent parfois des prix prohibitifs ou des produits non adaptés.

Les Cyclistes Branchés ont fait le choix d’un partenariat avec moto-assurances qui connait parfaitement le sujet. Retrouvez leur offre pour les VAE rapides (assimilés à des scooters électriques 50cm3) : http://www.moto-assurances.fr/moto-assurance/1/4/12/scooter-electrique-50.html 14 ans minimum, permis AM : Votre ado veut vous emprunter votre vélo ? Il insiste pour avoir un vélo rapide ? Faites-lui savoir que s’il n’a pas 14 ans et le per is AM (remplace le BSR depuis 2013) il n’aura pas l’autorisation de l’utiliser.

Port d’un casque homologué obligatoire : Contrairement au vélo classique, il est obligatoire de porter un casque homologué pour cyclomoteur lorsque l’on conduit un VAE rapide. Un casque renforcé pour vélo classique est insuffisant, en cas d’accident, vous serez tenu responsable. Lourds et peu adaptés à la pratique du vélo rapide par leurs manques d’aérations, les casques motos du marché représentent parfois un frein pour l’utilisateur dans son choix de vélo.

Et certains fabricants (très peu) se sont intéressés à cette niche. Alors rassurez-vous, Les Cyclistes Branchés, ont déniché des produits adaptés au VAE Rapide tout en étant homologués : plus léger qu’un casque moto et plus aéré ils sont une vraie solution. Comme il n’est plus considéré comme un vélo, vous n’avez plus l’autorisation de le conduire sur piste cyclable. Eclairage normé et puissant, réflecteurs, rétroviseur, béquille repliable automatiquement sont aussi des équipements obligatoires prévus par les fabricants Mis à part ces quelques réglementations supplémentaires, le VAE rapide possède plusieurs avantages : Une meilleure insertion dans le flot de voitures. A une vitesse de 40-45km/h, il est plus simple de s’insérer dans une file de voiture. Par exemple sur des artères urbaines denses. Cependant, il faut une certaine expérience du vélo en zone urbaine et savoir ne pas prendre de risque. Et cela d’autant plus que le conducteur de voiture n’imagine pas qu’un vélo peut aller à cette vitesse.

Attention aux intersections, aux véhicules qui changent de direction. Soyez vigilants et prudents : le cycliste reste vulnérable face à une voiture. Le rétroviseur présent sur le vélo rapide est très utile dans une situation où le cycliste est au milieu des voitures. Remplace aisément le scooter mais en moins polluant et plus sportif. Le VAE rapide permet un gain de temps considérable par rapport au VAE classique. Un gain de 10min a été calculé pour une distance de 9km tandis que pour 28km, on gagne une demi-heure en utilisant un VAE rapide.

En espérant que ce guide vous aura aidé dans votre connaissance du VAE. Il n’y a plus qu’à venir voir ces vélos en boutique et les essayer. Car ils sont tous à l’essai ! Nous serons ravis d’échanger avec vous sur votre besoins et vos ressentis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *